CONFINES SUR CANAPE

SEMAINE #2

Marion Renaudin & Flora Bellouard

31 mars 2020

© Les beaux gosses, Riad Sattouf (2009), Pathé

En cette période de confinement, on a décidé d’explorer internet à la recherche de pépites cinématographiques à partager avec vous. Rendez-vous chaque semaine ici, tous les jours sur Facebook et Instagram si vous êtes impatients, pour découvrir nos coups de cœur et nos trouvailles surprenantes.

Si vous l’avez manqué, cliquez ici pour retrouver notre premier article !

Notre première suggestion de la semaine est un court métrage peu connu d’Agnès Varda : Plaisir d’Amour en Iran, 1976.

Avec Valérie Mairesse et Ali Raffi, ainsi que la douce voix de Thérèse Liotard. Très sensuel et extrêmement poétique, ces 6 minutes sont la légèreté dont nous avions besoin aujourd’hui. Impossible de ne pas recommander à cette occasion L’une chante, L’autre pas, sorti en 1977, un bijou vardien militant encore fort d’actualité. 

Bon, et sa filmographie en intégralité aussi bien sûr !

On vous recommande ensuite une plateforme de SVOD un peu particulière, Shadowz.

Présentée par ses créateurs comme la “première plateforme de screaming”, un coup d’oeil dans le catalogue nous confirme qu’il y a de quoi passer quelques soirées agitées. Au menu, des films d’horreur, d’épouvante, fantastiques, des thrillers (et la multitude de sous-genres qui s’y rattachent), y compris des courts métrages.

Lancée à l’initiative de la société française VOD Factory et financée via Ulule à hauteur de 365% (!), Shadowz a le mérite de proposer notamment des films méconnus et des découvertes de festivals, en plus des titres classiques / cultes du cinéma de genre. On nous promet même des bonus, des making-of et des interviews pour accéder à l’envers du décor. 

Pour 4,99€ par mois (et une première semaine d’essai gratuite), on ne peut que vous conseiller de vous faire quelques frayeurs.

Vous vous ennuyez à la maison ? Notre nouvelle suggestion ne pouvait pas tomber mieux !

Le tout premier film de Sofia Coppola, Lick the Star, les débuts d’un sujet devenu sa signature. La mélancolie adolescente de jeunes filles mortes d’ennui dans leurs cages dorées. Décors poudrés, destins brisés, on replonge dans son univers en voyant ou revoyant Virgin Suicides, Lost In Translation ou encore Somewhere,… Attention, en revanche, le visionnage de Marie-Antoinette est susceptible de donner des envies de macarons, compliquées à assouvir en ce moment.

PS : si l’un.e d’entre vous a des nouvelles de Josh Hartnett (aka Trip Fontaine dans Virgin Suicides), nous sommes preneuses !

On vous emmène maintenant à la découverte d’une technique bien particulière du cinéma d’animation, la pixilation… c’est tout simplement de l’animation image par image, ou stop motion, appliquée sur les humains !

Et qui de mieux pour découvrir cette technique à l’écran que Norman McLaren, génie touche à touche de l’animation, et son court métrage Neighbours sorti en 1952 ?

On en profite pour vous inviter à vous perdre sur le site de l’ONF (Office National du Film du Canada), qui regorge de pépites cinématographiques, en plus d’être très ergonomique.

Dans le climat anxiogène actuel, notre nouvelle recommandation va vous offrir une parenthèse bienvenue. The Fantastic Flying Books of Mr. Morris Lessmore (ne vous fiez pas à la longueur du titre, c’est un court métrage) est un film d’animation qui rend un très bel hommage aux livres, à leur capacité à nous émouvoir et à nous faire voyager.

Entièrement réalisé en Louisiane par Moonbot Studios, il remporte l’Oscar du meilleur court métrage d’animation en 2012. Prenez 15 minutes pour le découvrir, on vous promet que vous aurez ensuite envie de vous caler au fond d’un fauteuil avec un bon bouquin.

Mon premier frisson à vous partager, Les Bêtes du sud sauvage (2012) de Benh Zeitlin, film incroyable et inclassable, qui nous catapulte dans un bayou post-apocalyptique en suivant les traces d’une petite fille de 6 ans. C’est puissant, envoûtant, une vraie claque visuelle.

Mon second frisson vous fait cette fois voir le monde à travers le regard d’une vieille dame, Louise en hiver (2017), de Jean-François Laguionie. On embarque dans un monde de pastels, délicat, où Louise, isolée pour l’hiver dans une station balnéaire désertée, va devoir vivre seule. Apaisant et mélancolique… parfait pour atterrir en douceur après Les Bêtes du sud sauvage.

Des recommandations frissons à partager ? Ecrivez-nous et nous les partagerons ici !

Rendez-vous la semaine prochaine pour de nouvelles suggestions ! D’ici là, restez chez vous, prenez soin de vous… et regardez des films.

Marion Renaudin

Flora Bellouard

Commentaires

    NEWSLETTER

    Nous n’utilisons pas vos coordonnées à d’autres fins et nous ne les communiquons pas à des tiers.
    Pour plus d’informations, consultez notre politique de confidentialité.

    Gestion et valorisation de

    patrimoines cinématographiques.

    © 2020 Sept et demi. Tous droits réservés.

    Logo : Laurent Carcelle. Illustrations : Julien Garcia.

    Contact

    • 4 rue Vigée-Lebrun 75015 Paris
    • contact@septetdemi.fr